Vous êtes ici : Mon Burn-Out à Moi » Burn-Out » Burn-out et Coronavirus : Après le déconfinement attention à l’épuisement professionnel

Burn-out et Coronavirus : Après le déconfinement attention à l’épuisement professionnel

par Niko
burn-out et coronavirus

Burn-out et Coronavirus, voici 2 mots qui font froids au dos et auxquels nous aimerions réchapper !

En effet, depuis plusieurs mois maintenant, le monde est en proie à une crise sanitaire sans précédent. La plupart des pays en sont les victimes impuissantes.

Cet état de choses vient une nouvelle fois mettre les différents gouvernements du monde en face de leurs responsabilités.

Une meilleure couverture sanitaire aurait-t-elle pu nous empêcher de vivre une telle désillusion ? La réponse reste posée.

Pour l’heure, les gouvernants ont pris des mesures qui, à termes, devraient diminuer le nombre de personnes infectées et favoriser une meilleure prise en charge des patients.

Si les chercheurs peinent jusque-là à trouver un remède pour annihiler la virulence des agents pathogènes responsables de tant de victimes du Covid19 de par le monde entier, les différents essais cliniques réalisés et les résultats obtenus témoignent des avancées de la science pour trouver un traitement efficace.

Cependant, de nombreux spécialistes ont déjà commencé à prévenir sur ce qui pourrait être les effets pervers de cette crise.

Effondrement économique, essoufflement des investissements mais aussi épuisement professionnel pour les salariés des entreprises, professions libérales, fonctionnaires ou encore les travailleurs indépendants, sont les plus évidents.

 

Dans cet article, je vous donnerai des astuces pour éviter le burn-out professionnel après le déconfinement.

 

Burn-out et coronavirus : Les entreprise devront développer des stratégies d’accompagnement du personnel.

On peut être sûr d’une chose, cette crise ne durera pas indéfiniment.

En France, le processus de déconfinement est déjà entré dans sa phase active. Ainsi, on assistera à une reprise d’activités pour les milliers de travailleurs français.

L’Etat annonce déjà une relance de l’économie à coup de milliards d’euro.

Mais, cela serait-il suffisant pour aider les entreprises à démarrer de façon effective ?

Comment ce retour doit-il être envisagé dans un contexte d’extrême incertitude pour les entreprises pour être bien vécu par les salariés ?

Etre employé, salarié ou même chef d’entreprise rime généralement avec responsabilités, délais d’exécution, objectifs à atteindre et risques liés à l’accomplissement d’une mission.

Aux lendemains du Covid19, on ne devrait pas observer de changements notables à ce niveau. Les employés seront tenus de démontrer le même niveau de professionnalisme dans leur emploi.

Entre pressions, délais assez courts d’exécution et obligations de résultats, le rythme de travail pourrait très rapidement devenir infernal.

Dans ces conditions, le travailleur est susceptible de subir ce qu’on appelle « syndrome d’épuisement professionnel » encore appelé burn-out professionnel.

Pour y remédier, l’entreprise doit développer des stratégies efficaces d’accompagnement du personnel.

En effet, dans de telles conditions, il est nécessaire que le salarié soit soutenu tel un sportif de haut niveau renouant avec la compétition après une absence prolongée.

Le soutien doit absolument tenir compte de toutes les dimensions associées au bien-être du travailleur.

Selon une étude menée par la Fabrique Spinoza, un think thank économique et politique multi-partisan dont le but est d’œuvrer pour une société inspirée par le bonheur, il faut considérer douze dimensions que sont :

  • conditions de travail,
  • management,
  • organisation du travail,
  • gouvernance,
  • relations sociales,
  • rémunération et avantages,
  • relation à la vie privée,
  • nature du travail,
  • relation au temps,
  • éthique et valeurs,
  • formations et,
  • perspectives et sécurité de l’emploi.

 

Ce faisant, l’employeur réduit considérablement les risques de burn-out professionnel.

 

Épuisement professionnel et Covid-19 : Le Salarié devra apprendre à verbaliser ses sentiments

A la reprise du travail, il ne sera pas facile de retrouver ses sensations d’avant-crise.

Cela, les spécialistes et autres psychanalystes du travail l’expliquent en reprenant à leur compte une notion bien connue en mécanique : la baisse de régime.

Selon eux, il est tout à fait normal de ressentir une soudaine sensation de fatigue, de chagrin et de crainte après un repos aussi long.

Les mêmes symptômes sont perceptibles quand on doit revenir au travail après des vacances.

Cette baisse de régime s’accompagne généralement d’une baisse de productivité. Quand les performances du travailleur sont touchées, il se produit chez lui une réaction assez habituelle : une augmentation du stress.

 

Dans ces conditions, les choses peuvent rapidement tourner court pour le salarié si aucune disposition n’est prise.

 

Pour ce dernier, il sera surtout question d’éviter le sur-engagement et l’acharnement frénétique qui devrait le mener à coup sûr vers un effondrement. Se traduisant ainsi, le plus souvent par un épuisement émotionnel, physique et psychique.

Ainsi, les débuts ne seront probablement pas de tout repos après le coronavirus.

Mais, les choses devraient progressivement entrer dans l’ordre avec la bonne attitude.

Pour contourner le syndrome d’épuisement professionnel ou burn-out après une aussi longue période d’inactivé, il faudra apprendre à verbaliser ses sentiments.

Il est ainsi demandé au travailleur de ne surtout pas se muer dans le silence face aux difficultés qu’il rencontre dans l’exercice de ses tâches au sein de l’entreprise.

Si les facteurs de stress peuvent être éloignés par la communication, d’autres éléments entrent en ligne de compte.

En effet, dans cette équation il ne faut surtout pas négliger l’impact du temps.

Ainsi, il est recommandé d’y aller en douceur les premiers jours qui suivent la reprise sans forcer et en étant totalement « openmind ».

0 commentaire
0

Tu peux aussi aimer :

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à l'utiliser, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. ok