C'est quoi la définition du Burn Out

Il n’existe pas une définition du burn-out mais plusieurs ! Alors que, il y a encore quelques années, le burn-out était un trouble qui n’était pas pris aux sérieux, l’emploi de ce terme est aujourd’hui couramment employé. La première des raisons est sans nul doute le nombre grandissant de personnes qui se retrouvent en proie à cette maladie.

D’après les spécialistes, ce syndrome d’épuisement professionnel toucherait près de 500 000 personnes en France.

Face à l’importance que prend le burn-out dans notre quotidien, il est important d’être correctement informé à son sujet.

Pour t’aider à mieux comprendre, j’ai décidé de mettre en lumière toutes les subtilités qui se cache derrière ce terme. Je vais donc m’essayer à te donner une définition du burn-out la plus large possible.

 

Burn-out : définition, signification et traduction

Selon Wikipédia, la définition du burn-out est la suivante :

« Burnout, ou burn-out, est un mot anglais (du verbe to burn out) qui peut se traduire littéralement par « brûler de l’extérieur » et qui signifie saturation, épuisement ».

Bien entendu, il ne s’agit là que d’un bref aperçu de ce qu’implique être en proie à un burn-out et, pour comprendre parfaitement ce qu’il en est, il faut se pencher sur la maladie plus en détail.

 

Quelles sont les origines du burn-out ?

On retrouve les premières traces du burn-out dans les travaux du psychiatre Herbet Freudenberger.

étapes burn-out

Ce dernier publia notamment un article du nom de Staff burnout en 1974 dans lequel il évoquait le syndrome d’épuisement professionnel.

À ce moment-là, c’est plutôt l’appellation « syndrome du burn-out » qui sera employé (ou Burn-Out Syndrome en anglais).

Il va même jusqu’à comparer l’état d’une personne malade à celui d’une bougie qui aurait été éclairée pendant de longues heures et qui ne présenterait alors plus qu’une petite flamme abandonnée à elle-même, d’où l’emploi du terme anglais « burn-out ».

Un autre professionnel a eu une importance clef dans la mise en lumière du burn-out : Christina Maslach.

définition du burn-out

Christina_Maslach, chercheuse en psychologie sociale est connue pour avoir mené différentes recherches au cours des années 1970. Ces dernières lui ont permis de mettre un nom sur ce que l’on appellera le syndrome d’épuisement professionnel.

Elle commença d’abord ses recherches dans les professions médicales pour ensuite l’étendre à d’autres secteurs tels que celui de la justice.

Parmi ses hypothèses sur les causes d’un épuisement professionnel, on retrouve le fait de travailler avec d’autres personnes.

Par cette idée, elle se distingue de Herbert Freudenberger qui pensait quant à lui que les causes du burn-out étaient personnelles.

 

À la fin des années 1970 et pendant les années 1980, de nombreux articles furent publiés dans des revues professionnelles afin d’évoquer ce syndrome du burn-out. Dans beaucoup d’entre eux, il était possible de retrouver l’évocation d’une activité stressante.

Pour pouvoir étayer leurs hypothèses, les chercheurs ont procédé à quelques études de cas cliniques.

Parmi les conclusions qui ont pu en être tirées, on retrouve le fait que certaines professions étaient considérées comme plus à risques que d’autre.

C’est le cas notamment de celles qui demandaient de fortes sollicitations mentales et émotionnelles ou qui incombaient d’importantes responsabilités.

Pour les spécialistes, le fait de chercher à atteindre des objectifs particulièrement difficiles, si ce n’est impossibles, faisait également partie des risques pouvant entraîner le développement d’un syndrome d’épuisement professionnel.

 

À noter que c’est également à cette époque que les premiers symptômes du burn-out furent mis en lumière comme par exemple :

  • le manque d’attention,
  • les problèmes d’insomnie,
  • l’irritabilité,
  • l’impatience,
  • un épuisement physique et psychologique
  • des douleurs généralisées.

 

Quels sont les synonymes du burn-out ?

En faisant des recherches sur le burn-out, il est possible que tu tombes sur d’autres synonyme du burn-out.

Comme je l’ai évoqué précédemment, lors des premiers travaux, l’expression employée était « syndrome du burn-out ».

Ce terme étant anglophone, il est possible de trouver un équivalent en français qui sera alors « syndrome d’épuisement professionnel ».

Dans certains cas, il est possible de voir le mot « surmenage professionnel» employé.

 

Quel est l’inverse du burn-out ?

Toutes les maladies en lien avec l’univers professionnel ne sont pas forcément des « burn-out ».

En effet, dans cet aspect de notre quotidien, il est possible de retrouver différents maux qui peuvent nous affecter.

Si le syndrome d’épuisement professionnel est la conséquence d’une surcharge de travail, l’inverse du burn-out pourra être :

  • le brown-out,
  • le bore-out.

 

Le brown-out : qu’est-ce que c’est ?

definition du burn-outAlors que le burn-out viendra toucher une personne qui se sent submergée par des tâches professionnelles trop importantes ou une pression toujours plus forte, le brown-out, même si ses causes restent dans le monde professionnel, aura une toute autre origine.

S’il fallait résumer simplement, on pourrait dire que ce trouble viendra toucher ceux qui ne trouvent aucune satisfaction dans leur travail et qui ont l’impression que ce dernier va à l’encontre de toutes les valeurs qu’elles auraient pu se fixer.

Généralement, une personne souffrant de brown-out aura vu tous ses idéaux s’écrouler un à un au fur et à mesure qu’elle avançait dans sa carrière.

Il n’y a pas de secteur d’activité spécifique pouvant être en proie à cette maladie et tout le monde peut en être atteint.

  • Elle peut toucher une personne devant faire un travail à mille lieux de sa passion, comme par exemple un artiste accompli qui se trouve à faire des tâches de bureau.
  • Elle peut également atteindre une personne sachant pertinent que ce qu’elle fait n’est pas en accord avec ses principes de vie comme par exemple lorsqu’il aura l’impression « d’arnaquer » des personnes afin de leur vendre quelque chose.

De façon générale, une personne souffrant de brown-out aura l’impression de perdre l’amour-propre qu’il pouvait avoir et il y aura un véritable désinvestissement face à son travail.

Ce syndrome touche beaucoup de jeunes qui, après avoir passé

des longues années sur les bancs de l’université, ont vu leurs rêves de carrière se détruire face à la réalité du monde du travail.

Ce triste constat entraîne une perte de motivation extrême et une impression de faire un travail « stupide ».

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce trouble ne touche pas seulement quelques personnes en France.

D’après les études qui ont été faites, notamment par l’institut Ipsos, plus de la moitié des travailleurs français se sentent en perte de motivation et se désengagent de leur travail.

 

Le bore-out : qu’est-ce que c’est ?

bore-out-definition-du-burn-out

Après le burn-out et le brown-out, c’est le bore-out qui fait parler de lui.

Sans surprise, ce trouble touche également les travailleurs qui sont en proie à certains maux.

Dans ce cas présent, ce n’est ni un rythme frénétique de travail ni un emploi dénué de valeur qui seront en cause mais bel et bien un ennui profond.

Si tu as l’impression de t’ennuyer profondément et par moment d’être tout simplement « payer à ne rien faire », tu devrais peut-être te pencher un peu plus sérieusement sur le sujet du bore-out.

D’après les professionnels de la psychologie qui se sont attelés à comprendre ce trouble, passer ses journées à « tuer le temps » serait tout aussi mauvais pour notre santé que de travailler trop.

 

Une personne atteinte d’un bore-out présentera différents symptômes similaires aux deux troubles précédemment évoqués.

Parmi eux, on retrouve

  • un sentiment d’anxiété permanent,
  • une fatigue importante,
  • une sensation de déprime.

Malheureusement, il a fallu du temps pour que le burn-out soit accepté comme une véritable maladie. Le bore-out a encore du chemin à faire.

Pour beaucoup de personnes, il reste inconcevable que ne rien faire et être payé quand même puisse être une raison de mal-être.

Pour comprendre un peu mieux ce qu’il en est, il faut se pencher sur les conséquences que peut avoir une telle vie professionnelle.

En ne faisant rien de ses journées, on ne peut pas bénéficier d’une stimulation intellectuelle intéressante ce qui peut entraîner un sentiment de dévalorisation très important.

De ce fait, un état de stress peut rapidement s’installer.

Les comportements addictifs sont courants chez les personnes qui souffrent de bore-out.

Une étude a même mis en lumière que ce facteur augmenterait, pour les personnes concernées, de deux à trois fois le risques d’accidents cardiovasculaires en comparaison aux individus exerçant un travail stimulant.

 

Le burn-out : une maladie professionnelle, mais pas que …

Depuis que le burn-out a pris sa place dans notre langage courant, on parle régulièrement de maladie professionnelle.

De ce fait, la grande majorité des personnes estiment que le terme « burn-out » ne peut être utilisé que dans le monde du travail.

Cependant, la réalité est un peu différente et il a pu être constaté que des syndromes de burn-out pouvaient apparaître dans différents aspects de notre vie quotidienne.

 

Le burn-out au travail ou syndrome d’épuisement professionnel

Tout d’abord, il est important d’évoquer la place que prend le burn-out dans le monde du travail.

Comme je l’ai évoqué à plusieurs reprises, ce syndrome d’épuisement professionnel peut toucher toutes les activités, en particulier celles qui demandent un engagement personnel particulièrement intense.

Les professions où la relation avec d’autres individus sont indispensables, comme par exemple les secteurs du soin et de l’enseignement, possèdent des risques importants en termes de burn-out.

Le stress restera la première cause et, pour comprendre d’où vient le problème, il faudra se pencher du côté des facteurs stressants.

Cela peut par exemple être :

  • une surcharge de travail qui se mêle avec une pression temporelle,
  • l’impression de n’avoir aucun contrôle sur ce que l’on fait,
  • des faibles récompenses au regard de ce qui aura été accompli,
  • etc.

Généralement, c’est la combinaison de plusieurs facteurs stressants qui amèneront une personne à développer un burn-out.

Heureusement, face à la popularisation de ce trouble, les entreprises se doivent d’être de plus en plus attentives sur cette maladie et mettre en place les choses nécessaires afin de protéger leurs salariés.

C’est pourquoi nous voyons fleurir au sein de certaines entreprises, de nouvelle professions : Chief Happiness Officer (CHO) c’est-à-dire Directeur/Directrice du Bonheur. Arnaque ou métier d’avenir, il semble que la profession est pour l’instant du mal à se faire une place dans le monde de l’entreprise comme en atteste cet article.

 

La définition du burn-out personnel ou de l’épuisement émotionnel

definition du burn-outLorsque l’on va un peu plus loin, on constate que le burn-out peut s’étendre à d’autres aspects de la vie. Notamment par exemple dans notre vie personnelle avec ce que l’on appellera l’épuisement émotionnel.

Chez certains individus, les symptômes du burn-out peuvent venir s’appliquer à leur vie de tous les jours. Le travail ne sera pas seulement en cause.

Cela pourra se traduire par un manque d’efficacité et de motivation dans les différentes tâches de son quotidien. Par exemple prendre soin de soi, de son logement ou faire différentes activités.

On notera également l’apparition de :

  • troubles de la concentration,
  • perte la mémoire,
  • baisse de l’attention.

Une personne devant faire face à un épuisement émotionnel pourra avoir tendance à ne pas trouver ses mots. À oublier certaines choses qui, pourtant, semblent évidentes.

Au même titre que le burn-out professionnel, il est possible de voir apparaître des problèmes de sommeil et une sensation de déprime importante.

Les douleurs physiques, comme par exemple des maux de tête ou musculaires, pourront également se faire sentir.

Généralement, dans ce genre de cas, on aura tendance à parler simplement de « dépression ».

Dans tous les cas, un syndrome d’épuisement, même s’il n’est pas professionnel, n'est pas à prendre à la légère. Une consultation chez un professionnel de la santé reste quelque chose d’indispensable. Dans le cas contraire, il sera probable que l’état de la personne se dégrade de plus en plus.

 

La définition du burn-out chez l’enfant

burn-out de l'enfant, la définitionContrairement à ce qu’avancent certaines idées reçues, le burn-out ne viendra pas toucher seulement les adultes en plein cœur de leur vie active.

En effet, certains cas d’épuisement ont pu être relevés chez l’enfant.

Pour comprendre ce phénomène, il faut d’abord se pencher sur « l’état des enfants ».

Selon l’UNICEF, 40% des enfants sondés lors d’une enquête nationale souffriraient de souffrances psychologiques.

Au même titre que chez les adultes, le stress s’avère être véritablement maladifs chez certains enfants. Il est primordial de ne pas négliger cet aspect.

Les enfants en proie à un burn-out auront tendance à ressentir une fatigue intense. À se désinvestir de toutes les activités qu’ils seront amenés à faire.

 

Les psychiatres ont également pu remarquer que ces enfants avaient tendance à ressentir une sensation d’échec permanente.

Parmi les premières situations de stress qui peuvent toucher les enfants on retrouve la pression de devoir réussir à l’école. Cela pourrait être considéré comme leur « vie professionnelle » et donc mettre en lien le syndrome d’épuisement professionnel que peuvent ressentir les adultes.

Alors que certains enfants arrivent bien à se conformer au rythme imposé, d’autres ressentent une pression face aux :

  • nombreuses heures de cours qu’ils doivent respectées,
  • notes,
  • différents contrôles auxquels ils sont soumis,
  • Et dans certains cas, aux cours de soutien supplémentaires qu’ils doivent prendre pour espérer réussir.

Les adultes ont tendance à ne pas s’en rendre compte mais le rythme qui es

t imposé au plus petit est bien souvent plus difficile à tenir que celui que l’on aura lors de nos vies professionnelles.

 

Différents symptômes peuvent aider à reconnaître le burn-out chez l’enfant. Par exemple une fatigue qui s’avère être à la fois physique et intellectuelle.

Comme chez les adultes, les problèmes de sommeil peuvent être un symptôme important à prendre en compte.

On remarquera également que les enfants qui souffrent de burn-out auront plus tendance à tomber malade.

La première des raisons est que leur système immunitaire aura été affaibli. Les troubles physiques qui se manifestent le plus souvent sont généralement :

  • les problèmes de peau,
  • les maux de tête
  • ou bien encore les maux de ventre.

Lorsque l’épuisement sera ancré en lui, on pourra également constater :

  • une mauvaise humeur régulière et perceptible,
  • un perfectionnisme poussé à l’extrême.

 

Burn-out maternel, burn-out paternel et burn-out parental : de quoi parle-t-on vraiment ?

définition du burn-out, le burn-out maternel

Être parent n’est pas toujours facile.

Cependant, la dépression liée à son rôle de mère ou de père reste encore assez tabou. Lorsque l’on regarde d’un peu plus près ce sujet, on constate pourtant qu’ils sont de nombreux parents à devoir s’assoir en face d’un psychologue. Et ce pour faire face au mal-être qu’ils peuvent ressentir dans leur rôle de parent.

Généralement, ces parents se mettent à craquer lorsqu’ils n’arrivent pas à imposer leur autorité. Leurs enfants deviennent ingérables, provoquant ainsi un quotidien infernal.

De nombreux parents devant faire face à un burn-out parental évoquent leur impuissance. L’impression que l’amour qu’ils portent à leurs enfants ne sera jamais suffisant pour que ces derniers soient correctement épanouis.

La sensation de perte revient également souvent et renvoi à l’impression qu’un enfant peut nous échapper un peu plus chaque jour. Notamment lorsque le cadre que l’on essaye de mettre en place ne fonctionne pas.

 

Au même titre que les formes de burn-out précédemment citées, il est possible de retrouver des symptômes témoignant de cette maladie.

Les mères subissant un burn-out maternel ont généralement tendance à être perfectionniste sur tous les sujets. Tout en se sentant « au bord du gouffre » et constamment sur leurs réserves d’énergie.

On constate également une certainement ambivalence des sentiments envers leurs enfants. Il n’est pas rare qu’un parent perde son sang-froid.

Un épuisement physique et émotionnel peut également être constaté tout comme des troubles de l’humeur et des problèmes de sommeil.

Certains parents se jettent également corps et âme dans leur travail pour fuir ce quotidien devenu pesant.

Chez certains, la peur de rentrer chez soi est également importante, tout comme l’envie de fuir cette situation oppressante.

 

Burn-out familial, burn-out conjugal, de couple ou bien burn-out sentimental

definition-du-burn-out-conjugalChez certaines personnes, c’est la vie sentimentale qui sera la cause d’un épuisement certain.

Cette forme de burn-out pourra se traduire par un épuisement à la fois mental et physique où le fait que les attentes ne soient pas conformes à la réalité est généralement en cause.

Les symptômes sont généralement les mêmes que dans les cas que j’ai précédemment évoqués.

On pourra y rajouter une impression de désillusion. Le fait de plus porter aucun espoir dans son couple et de se sentir particulièrement malheureux dans cette relation.

Beaucoup de personnes évoquent également le fait de se sentir « pris au piège ». Malgré ce mal-être, la majorité des personnes en burn-out amoureux ne se sentent pas en mesure de mettre un terme à la relation qu’elles entretiennent avec leur partenaire.

 

La psychologue Ayala Malach Pines a évoqué le fait que le burn-out sentimental pourrait être causé par une vision de l’amour particulièrement idéalisée. Ainsi, en désaccord avec la réalité.

Chez certains couples qui ont connu un début très passionnel, le moment de faire face au stress du quotidien peut être très douloureux. Ce dernier peut donc entraîner un burn-out conjugal.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la rupture n’est pas la seule solution à envisager dans ces cas-là.

En effet, dans les cas de burn-out sentimentaux, il est toujours intéressant de mettre en place une communication efficace. Elle sera nécessaire pour trouver à deux les solutions aux problèmes qui se présentent.

 

Quelle est la signification du burn-out scolaire, burn-out étudiant ou burn-out lycéen

defintion du burn-out de scolaire, étudiant

Nous avons vu précédemment que le burn-out pouvait toucher les enfants.

Les lycéens et les étudiants ne font pas non plus exception à cette règle. Leur vie scolaire peut présenter les mêmes contraintes qu’une vie professionnelle avec notamment

  • la pression de la réussite,
  • une surcharge de travail,
  • des contraintes temporelles et,
  • des soucis avec les autres étudiants qu’ils côtoient au quotidien.

Tous ces facteurs peuvent devenir des facteurs de stress et entraîner un burn-out étudiant.

Les étudiants doivent également faire face à une inquiétude qui prend énormément de place dans leur vie : l’incertitude face à l’avenir.

Selon les études menées, plus d’un étudiant sur cinq est touché par un burn-out. Ce qui est particulièrement inquiétant.

À noter que ce burn-out ne touche pas seulement les jeunes sur les bancs de l’université. Il peut atteindre également les lycéens qui n’ont pas encore obtenus leur BAC.

Comme dans toutes les autres situations, il est important d’être vigilant aux symptômes afin de prendre en charge ce mal-être rapidement.

 

La définition du burn-out infirmier

definition du burn-out infirmier

Il semblerait que le métier d’infirmier soit particulièrement à risques lorsque l’on parle de burn-out.

Ce secteur d’activité présente plusieurs facteurs de risques. Notamment la relation avec les patients et le fait que leur vie peut réellement dépendre de la façon dont on fait ce travail.

Cette pression peut alors entraîner un syndrome d’épuisement professionnel qu’il est primordial de ne pas ignorer.

Le Magazine d’actualité « Alternative Économiques » y consacre un article sur le ras le bol de l’hôpital public.

Les symptômes sont les mêmes que pour le burn-out professionnel. Même si certains infirmiers veulent toujours dépasser leurs limites, il est essentiel de ne pas les ignorer. La mise en place d’un suivi thérapeutique sera nécessaire afin de pouvoir s’en sortir.

Il est important de ne pas oublier que, lorsque l’on est en proie à un burn-out et, malgré toute la bonne volonté du monde, la qualité de notre travail peut en pâtir.

Si vous souhaitez aller plus loin, l’Ordre National des Infirmiers (l’ONI) à publié les résultat d’une enquête sur le mal être des soignants réalisé en avril 2018.

Ce dernier indique notamment que 63% des soignants ont répondu ressentir « très souvent » au moins un symptôme d’épuisement professionnel.

–> Vous trouverez l’étude « Dépression, épuisement professionnel, mal-être : quelle réalité au sein de notre profession ? » en cliquant ici.

 

Ai-je oublié quelque chose ?

Maintenant, je voudrais avoir tes retours:
As-tu déjà vécu un burn-out ? Peut-être ai-je oublié de parler de quelque chose ?

De toute façon, fais le moi savoir en laissant un commentaire ci-dessous et je t’y répondrais

😉 Merci

niko

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Comments are closed.