Docteur Pilule : le jeu anti-burn-out !

Un jeu pour rire

Retrouver l’interview de Docteur Pilule, le 1er jeu de société anti burn-out. Un jeu pour rire, un jeu qui fait du bien et qui permet de lâcher prise !!!!

si vous êtes intéressés par le jeu n’hésitez pas à vous rendre sur la page du docteur pilule :
www.docteurpilule.com

Retranscription vidéo

Jacques: Bonjour tout le monde! Et bonjour à Mon BurnOut à Moi! Eh ben…

[rire]

On est ici.

[rire]

JP: On est très content d’être ici d’ailleurs hein.

Jacques: On est bien content d’être ici…

JP: Ah oui.

Jacques: pour vous parler d’un jeu qu’on a fait tous les trois, qui s’appelle « Docteur Pilule », mon jeu Anti-Burnout.

JP: On a été mis en contact avec ce site qui traite du sujet du Burn-out.

En quelques mots, pourriez-vous vous présenter et nous raconter votre histoire?

Jacques: On travaille tous dans le jeu vidéo.

JP: C’est vrai.

Jacques: Moi, je m’appelle Jacques Exertier.

Guillaume: Et moi, je m’appelle Guillaume Brunier.

JP: Et moi, c’est Jean-Phillipe. On est rentré dans le jeu vidéo. On se connait depuis longtemps maintenant. On a travaillé ensemble sur différents projets, et ça a créé des liens forcément. Et puis ça crée des énergies, et ça nous donne envie de faire des choses.

Qu’est-ce qui vous a amené à créer le jeu de société Docteur Pilule?

Guillaume: Bah, il y a à peu près deux ans… deux ans et demi maintenant en fait…

JP: Oui, deux ans et demi.

Guillaume: A force de dire deux ans, c’est deux ans et demi.

JP: Ouais. Le temps passe.

Guillaume: On s’est retrouvé à un déjeuner avec JP à midi, et puis j’ai sorti comme ça « bah JP, je suis sûr qu’on est capable de faire un jeu de société. Ça doit être marrant et ça nous fera vivre une expérience qu’on ne connaît pas parce que le jeu vidéo, c’est quand même quelque chose d’assez gros, d’assez costaud ».

JP: En fait, moi, j’avais en tête une idée de faire un jeu coopératif, initialement. Et là, ben j’ai juste écrit quelques cartes qui étaient les « tares » du jeu, qui sont aujourd’hui des pilules, on va montrer les pilules, ils sont aujourd’hui des pilules avec des petits cages derrière. J’ai fait tester rapidement à Jacques qui était avec moi au travail, là, et puis on a rigolé un peu comme des baleines, on s’est fait un peu engueuler, on faisait trop de bruit. Et du coup bah Jacques, il m’a dit: « C’est super, il faut qu’on le fasse ». Et moi, je n’aime pas bosser tout seul, donc j’ai dit à Jacques de mettre les caleçons avec moi.

[rire]

Et il était bien embêté.

[rire]

Jacques: Et après, du coup on a fait plein de protos pendant un an à peu près. Petit à petit, on a simplifié, simplifié, simplifié pour arriver à la version d’aujourd’hui, qu’on a maintenant testé des dizaines de fois et…

Guillaume: Des centaines de fois…

Jacques: Eh oui, des dizaines de…

Guillaume: Et même des milliers peut-être…

Jacques: Eh oui,

Jacques, Guillaume, JP: Et peut-être des milliers, oui.

JP: Ça fait un moment qu’on… ça fait deux ans qu’on le fait tester à tout le monde. La seule chose qui n’a pas changée, c’est essentiellement l’envie de faire rire les gens ensemble, se détendre ensemble, de profiter la force du social qui est présente dans le jeu de société.

Donc, vous avez écrit un jeu de société sur le Burnout? Oui.

Existe-t-il, pardon, un lien particulier avec le Burnout? Parlez-vous en connaissance de cause?

Alors non, on ne parle pas en connaissance de cause. Ce qu’on sait nous, juste, c’est que bah c’est un sujet grave, on sait que c’est un sujet sensible. Et après, on le sait comme le grand public le sait, je pense. On n’était pas spécialiste du tout, on n’est pas légitime, on n’est pas non plus passé par un Burn-out pour en arriver là. Par contre, c’est quelque chose dont on entend parler énormément que ce soit à la télé ou… on entend que tout le monde est stressé autour de nous, trop de travail tout le temps, plus personne a le temps de se voir ou d’être ensemble. Et aussi parce qu’on s’est dit, bah que le Burnout, bah une façon peut-être de le combattre, ce stresse, c’est de partager des bons moments ensemble et de rigoler entre amis ou en famille.

Guillaume: Il y a un truc qu’on peut rajouter, c’est que les premières phrases de la règle du jeu sont: « Trop de…

JP: Tiens si tu as oublié [rire]

Guillaume: Non, c’est bon. « Trop de travail, trop de stresse, c’est le Burn-out ». Et en fait, ce qui est assez frappant, c’est que juste à ces premiers mots-là, dès que tous les joueurs autour de la table entendent ces premiers mots, et bah dès ce moment-là, il y a une connexion qui s’installe entre tout le monde, parce qu’on parle d’un sujet qui même si on n’a pas été confronté les uns ou les autres directement, c’est quelque chose de, comme disait JP tout à l’heure, d’actuelle. Donc, chaque fois que je prononce ces phrases-là, je sens déjà… il y a un petit « ah, on va parler de quelque chose qui m’intéresse ».

Jacques: Le thème, il s’est un petit peu… il est arrivé naturellement dans un deuxième temps. En fait, on n’a pas décidé de faire un jeu sur le Burnout, on a tourné autour des règles, et puis après c’est l’univers du Burn-out qui est venu se dresser sur les règles.

JP: Quelles sont les règles du jeu? Et comment peut-on arriver à lâcher prise, déstresser avec votre jeu?

Donc, une équipe est composée d’un fou et de son ami imaginaire, qui se sont réveillés dans une clinique mais pas n’importe laquelle, puisque c’est la clinique du Docteur Pilule, voilà qui est ici et qui veut les soigner. Pour progresser, ils vont devoir passer des tests psychologiques, c’est ces cartes-là. Derrière, il y a des mots simples. Voilà, le but ce sera de faire deviner un mot simple à son ami imaginaire. Les joueurs ont 40 secondes pour faire deviner le maximum de mots. Et la première équipe qui sortira de la clinique aura gagné le jeu.

Maintenant, ça c’est la partie normale, classique comme dans beaucoup de jeux. La seconde partie, c’est ça, c’est les pilules bleu et rouge qui sont ici. Donc là, aux fous en fait, on va leur adresser des pilules bleues et des pilules rouges. Alors, qui c’est déjà le fou chez vous? Alors, il va lire à voix haute pour tout le monde, les infirmiers et son ami imaginaire, les pilules qu’il a absorbé, leurs effets secondaires, pardon.

Guillaume: Donc, zzzz. Vous chassez des mouches invisibles.

JP: Par exemple, ouais.

Guillaume: Masque à gaz, vous respirez très bruyamment.

JP: C’est Dark Vador ça !

Guillaume: Et toi, il faut que t’en prenne aussi hein.

Jacques: Oui, oui. Alors moi, haha,

Jacques, Guillaume: haha,

Jacques: Alors aux enfants, vous parlez sur l’air de La Marseillaise. « Je dois parler comme ça », c’est pas mal,  « pour répondre aux indications de Guillaume ». Ça, c’est la pilule bleue. Et l’autre, c’est cybernétique. Vous bougez comme un robot.

Guillaume: Ça c’est… ça c’est…

JP: [rire]

Guillaume: Quand je vais promener mes enfants, je vais avec eux.

Jacques: « Et tu vas au parc pour promener tes enfants »

Guillaume: Et là, quand je tape… quand je tape sur un clou

JP: Respirez fort monsieur, respirez fort monsieur.

Jacques: « quand il tape dessus »

JP: Ting ting ting. C’est fini.

[rire]

Voilà, c’est la fin du tour de jeu. Donc, ils ont trouvé trois mots, deux mots en l’occurrence. Ils vont avancer alors leurs pions de deux cases sur le plateau. On va en faire un deuxième, je ne sais pas où vous montrer. Alors juste pour dire, il y a 54 pilules rouges, 54 pilules bleues. Et quand on en donne deux et deux à l’autre, on a plus de 3 millions de combinaisons, donc il y a des heures et des heures de rôles mélangés différents, et ça crée toujours des nouvelles scènes et des nouveaux personnages complètement tarés.

Guillaume: En dramatique, vous déclamez vos phrases de manière exagérément théâtrale.

Jacques: Non…

JP: Être ou ne pas être…

Guillaume: Et infectez-vous, marchez comme un zombie.

Jacques: Charmée, vous tombez éperdument amoureuse d’un infirmier. Vous ne pouvez pas détacher vos yeux des siens. [rire] Et en même temps, hello, la main levée, vous saluez un ami invisible qui passe au loin derrière votre ami imaginaire.

JP: [rire] Trois, deux, un, et le compte à rebours, j’enclenche hein.

Jacques: Donc, c’est un truc qu’on met en haut… pardon, excuse-moi, c’est sur la tête, c’est pour se protéger…

[rire]

JP: C’est théâtrale.

Jacques: C’est pour se protéger! [rire]

Guillaume: Euh… il dit rien?

JP: Si.

Jacques: Pour se protéger sur la tête.

Guillaume: Donc, ça a commencé?

Jacques: Eh oui.

[rire]

Guillaume: Un chapeau…

[rire]

JP: Ça va aller monsieur Xartier,

Jacques: Ah non… [rire]

JP: C’est bien monsieur Grenier, continuez.

Jacques: Alors, ça c’est un verbe à l’infinitif, c’est le… excuse-moi, je… [rire] le contraire d’ouvrir [rire]

Guillaume: Fermer.

JP: Oui, c’est bien monsieur. Ting ting ting. Ah! Fin du chronomètre. Et à la fin, quand on sort, on est guérit et hop hop hop, au boulot, on peut aller bosser tranquille.

Avez-vous fait appel à des professionnels de la santé pour élaborer les différentes questions?

Alors…

Guillaume: Non.

JP: Non, non. C’est ce qui nous rend plus dynamique. Toi non plus, tu ne l’as pas fait?

Jacques: Non.

JP: Personne, aucun de nous ne l’a fait. Juste, on a mis quand même, on va dire, une année à écrire les cartes pilules bleues et pilules rouges, on s’est juste fié à notre instinct de la rigolade, et tout ce qui nous faisait marrer et voilà alors.

Où peut-on trouver votre jeu?

Guillaume: On peut trouver notre jeu directement sur notre site internet, donc docteurpilule.com.

JP: Oui.

Guillaume: On peut aussi le trouver dans les magasins spécialisés de jeux de société en général dans votre centre-ville. Allez toquer à la porte des petits magasins de centre-ville, normalement, il devrait l’avoir; et s’il l’a pas, c’est encore mieux, demandez-lui de commander.

JP: En fait, le jeu, juste pour expliquer rapidement, quand on l’a fait, on avait, nous, un prototype de base et on l’a montré dans un festival de jeu à Cannes. Et on y allait parce qu’on a fait un financement participatif, et on y allait pour faire connaitre avec des cartes de visite pour dire: « Voilà, nous, on fait un financement participatif sur ce jeu-là, qu’on aimerait faire à exister en s’autoéditant ». Et en fait, pendant qu’on faisait cette publicité-là, le financement participatif a fonctionné. Mais en contrepartie, on a eu encore mieux puisqu’un distributeur, qui est Paille Editions, nous a contactés après le Festival de Cannes pour nous proposer de travailler ensemble, parce qu’ils avaient beaucoup beaucoup entendu parler du jeu au Festival off de Cannes. Et aujourd’hui, ben là, ça fait cinq mois que le jeu est sorti puisqu’il est sorti le 9 janvier en France. Et maintenant, le jeu va être aussi présent au Canada puisqu’il sera au Québec, c’était la surprise du mois dernier.

Guillaume: Avez-vous d’autres projets dans l’avenir? Non. C’est bon? On peut finir? On peut y aller?

[rire]

JP: Il est pressé. Alors, on n’a pas le temps de faire beaucoup plus que déjà gérer le Docteur Pilule, et faire les festivals, communiquer un peu dessus…

Bref, c’était une interview un peu foutrax sur téléphone faite pour MonBurnOutàMoi.com

Guillaume: De toute façon, personne ne va la regarder.

[rire]

JP: Si vous la regardez, en tout cas…

Guillaume: Merci.

JP: Merci beaucoup. Likez nous, venez nous voir sur Facebook ou sur notre site. Ça nous fera un peu plus de gens qui nous voient, et nous, ça nous fait toujours plaisir. Et puis on remercie le site pour nous avoir demandé l’interview. Ça nous fait plaisir de parler de notre jeu puisqu’on est très fier. Et puis, venez nous voir sur notre site web puisque ça nous fait aussi des vues, c’est chouette, et c’est www.docteurpilule.com. Voilà, moi j’ai tout dit.

Guillaume: C’est bon? C’est fini?

JP: Ah ouais. Je pense que c’est fini [rire]. On peut y aller.

[rire]

Allez. Quelqu’un coupe?

Guillaume: On n’a pas dit au revoir.

Jacques: Merci!

JP: Ah oui.

Jacques, JP: Au revoir.

Guillaume: Au revoir et merci.

2 Comments
  • Anni
    août 11, 2017

    Bravo Niko pour cette excellente initiative, l’interview sur vidéo c’est juste top! Je vais sûrement tester le jeu. Quelle belle énergie émanant des créateurs de ce jeu. Niko j’aimerai bien te voir interviewé par Lilou Macé .

    • Niko
      août 21, 2017

      salut Anni, je n’avais pas remarqué ton commentaire, désolé!
      me faire interviewer par lilou Macé, ce serait un honneur 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Loading...