l’art-thérapie ou comment l’art peut nous soigner ?

Il est parfois difficile d’admettre que nous avons besoin d’une psychanalyse ou d’une thérapie. Et même lorsque que cela est admis, il est encore plus compliqué de sauter de pas. C’est pour cette raison, qu’en France l’art-thérapie a de plus en plus d’adeptes.

La première véritable expérience de l’art-thérapie revient au peintre anglais Adrian Hill, qui l’expérimenta en 1940. Souffrant de tuberculose et soigné dans un sanatorium, Adrian Hill utilisa son temps pour écrire et dessiner sur papier. Les médecins, surpris, observèrent un rétablissement rapide et surprenant. Il écrira par la suite :

Lorsqu’il est satisfait, l’esprit créateur […] favorisera la guérison au cœur du malade

Le principe de l’art-thérapie

Le principe de l’art-thérapie est simple. En se servant de la création artistique (sous toutes ses formes : peinture, dessin, danse, utilisation de marionnettes, théâtre, photographie, etc…) on peut arriver à pénétrer au sein même des problématiques bien cachées de notre inconscient pour les transformer en une information positive, grâce à l’art.  L’art permet d’explorer ses douleurs et de s’en servir pour créer une œuvre d’art et l’exorciser. Du pire, naît quelque chose de très positif : la création.

 

Comment se passe une séance d’art thérapie ?

Avant de se lancer dans un suivi, le patient est forcément reçu par un thérapeute, auprès duquel il pourra exprimer ses besoins, la nature de son mal-être ainsi que ses attentes vis-à-vis de l’art-thérapie. Les séances qui suivront varieront en fonction de l’art choisi, car de nombreuses options sont disponibles. Cependant, toutes les séances disposeront du même objectif : utiliser l’art pour atteindre les sentiments enfouis, afin de les faire ressortir et de les intégrer à l’art pratiqué.

Lors d’une séance d’art-thérapie, le but n’est pas de produire une œuvre d’art de complexité. En effet, les personnes qui choisissent la peinture comme support, ne savent pas forcément peindre. Le thérapeute, présent lors de la séance, doit amener le patient à se laisser aller, sans mobiliser le cerveau. En dehors de cela, le thérapeute doit savoir se faire discret durant toute la durée de la séance et accueillir les créations de ses patients sans jugement.

Pendant la séance d’art-thérapie, il se peut qu’un patient ait un « éclat de conscience » et qu’il se donne réellement à l’œuvre qu’il est en train de réaliser. Cela peut traduire l’apparition d’un sentiment ou d’un souvenir trop longtemps enfoui, qui refait subitement surface. À ce moment-là, le thérapeute doit être présent et à l’écoute, si le patient a besoin d’échanger. Si vous êtes face à une absence d’éclat, n’ayez crainte, cela ne veut pas dire que vous ne progressez pas, au contraire. Cela veut simplement dire que vous n’évoluez pas de la même manière.

En fin de séance d’art-thérapie, les différents participants peuvent présenter leur création et échanger sur ce qu’ils ont ressentis. Pour aider, le thérapeute peut poser des questions, qui resteront larges, pour ne pas risquer d’orienter la pensée du patient.

 

Quel art choisir pour un suivi d’art thérapie ?

Il existe plusieurs options d’art, pour un suivi de ce genre de thérapie particulière. Vous devez choisir l’activité qui semble vous correspondre le mieux et qui vous permettra d’exprimer des éléments profonds de votre personnalité ou de votre inconscient.

 

1 – Les arts plastiques

Dans l’art-thérapie, les arts plastiques regroupent toutes les activités manuelles, dont le modelage, la peinture, le dessin ou même la photo. Ils permettent de « métaphoriser » les problématiques de l’individu – souvent de manière inconsciente – jusqu’à arriver à une prise de conscience positive.

 

2 – La musique et le chant

L’art-thérapie, par la musique, peut se faire par le chant, mais également via le biais de nombreux instruments. C’est la seule thérapie qui demande naturellement une certaine maîtrise de l’instrument joué, afin de pouvoir exprimer plus facilement ses ressentis.

Cependant, d’une manière générale, la musicothérapie est un travail que l’on fait sur les vibrations provoquées par le chant ou l’instrument, sur le corps. La musique dispose d’un formidable effet sur l’esprit, car elle permet – plus facilement – aux émotions de ressortir. Elle permet également une réappropriation progressive de son corps et développe la créativité.

 

3 – Le théâtre et la danse

L’art-thérapie vous permet également de vous servir de votre corps comme moyen d’expression et de communication. Ces arts peuvent notamment permettre de rejouer des conflits externes ou internes qui nous ont ébranlé. La danse permet de restaurer l’équilibre personnel ainsi que l’unité psycho-corporelle. Le théâtre vous permettra d’avoir un exutoire efficace, mais également de dédramatiser certaines situations.

 

4 – Utilisation des masques et marionnettes

Avec ces pratiques particulières d’art-thérapie, vous avez la possibilité d’offrir une « voix » à votre inconscient. Avec les marionnettes, vous pourrez naturellement faire exprimer vos émotions et souvenirs refoulés, en vous détachant de vous-même et en les personnifiant, grâce aux différents pantins.

En art-thérapie, l’utilisation des masques permet inconsciemment de mettre en avant la levée des inhibitions et des défenses.

 

Qui peut pratiquer ?

Généralement, on conseille l’art-thérapie aux enfants, qui peuvent avoir du mal à réfléchir sur eux-mêmes et leurs ressentis. On peut également l’utiliser pour les adolescents, qui sont généralement beaucoup plus réfractaires aux psychothérapies.

Les adultes peuvent également pratique l’art-thérapie, surtout ceux qui ont du mal à faire de l’introspection. Cela leur permettra d’accéder à une meilleure connaissance d’eux-mêmes. On la conseille également fortement aux personnes souffrant de burn-out ou de stress chronique, afin de les aider à déverrouiller leurs potentiels blocages (liés au monde du travail), à retrouver la sérénité et la confiance en elles.

Enfin, elle peut s’avérer être très efficace pour les grands malades, les toxicomanes et les détenus qui pourront atteindre une revalorisation d’eux-mêmes. Les personnes âgées pourront également l’utiliser, pour répondre à un besoin de reconstruction et de rétrospective de leur vie avant de partir.

 

Contres indications de l’art-thérapie

L’art-thérapie est très fortement déconseillée aux personnes souffrant de dépression sévère couplée d’envies suicidaires. Ces derniers pourraient utiliser l’art, non pas pour aller mieux, mais pour mettre en avant et en arriver à fantasmer leur envie de mourir.

Enfin, l’art-thérapie est également déconseillée aux artistes très doués dans leur domaine, pour la simple et bonne raison qu’il est difficile pour eux de lâcher leur concentration sur l’œuvre en cours, au profit du laisser-aller.

 

Où trouver un art-thérapeute ?

Si vous n’habitez pas en ville, vous pourrez avoir quelques difficultés pour trouver un art-thérapeute disponible. Cependant, pour identifier le professionnel le plus proche de chez vous, vous pouvez vous rendre sur le site de la Fédération Française des Art-Thérapeutes (ou FFAT), qui recense tous les professionnels présents sur le sol français.

Si vous avez la moindre question, vous avez la possibilité de joindre la FFAT par téléphone au 06 78 24 17 77 ou même par courrier au 19 rue Bézin – 75014 Paris. La Fédération est également disponible par mail à contact@ffat-federation.org.

 

Je serai curieux de connaître ton avis sur cette pratique, alors n’hésite pas à laisser un commentaire et à partager l’article, merci 😉

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Loading...