Comment redonner du sens à son travail ?

Redonner un sens à son travail est quelque chose de particulièrement important chez tout un chacun. En effet, savoir pourquoi on se lève tous les matins afin d’aller travailler permet de mieux aborder ses journées.

Néanmoins, il est important de préciser que, lorsque l’on parle de sens au travail, on ne parle pas forcément d’argent, bien au contraire. Il peut y avoir tout un tas de raisons qui nous permettent de retrouver le sens de son travail.

Pour t’aider à mieux comprendre cette notion, je t’ai répertorié quelques informations et astuces à connaître pour donner un sens à son travail.

 

Le sens du travail : une notion particulièrement subjective

redonner du sens à son travail

Avant toute chose, il est important que tu comprennes qu’il n’y a pas de règles universelles en ce qui concerne le sens du travail. Cela reste à l’appréciation propre de chacun.

Par exemple, telle ou telle tâche pourra avoir du sens pour un de tes collègues mais absolument pas pour toi. C’est en partie cela qui rend cette tâche compliquée et qui freine beaucoup de personnes à la recherche d’un sens dans leur activité professionnelle.

Il est également important de savoir que ce sens du travail évolue au fil des années. Ce qui te semblait essentiel lors de tes premières années d’activités ne le sont peut-être plus à l’heure actuelle.

Il faut prendre conscience que, plus on grandit, plus notre perception du monde peut changer, et ce aussi bien dans notre vie personnelle que dans notre vie professionnelle. Concrètement, en évoluant, tu remarqueras vite que tes motivations peuvent varier, tout comme tes besoins, tes valeurs ou bien encore tes priorités.

 

L’importance de se laisser du temps pour cette réflexion

De nos jours, nous vivons dans un monde où tout va toujours plus vite. Certaines entreprises imposent des rythmes de travail si importants qu’ils ne laissent pas du tout la place à ce genre de réflexion.

Si tu te retrouves dans un schéma où tu te demandes quel est le sens du travail que tu fais chaque jour, c’est peut-être que tu ne t’es pas laissé ce temps de réflexion auparavant. Cela peut aussi bien être dû à une charge trop colossale de tâches ou bien à des objectifs professionnels nombreux.

Certaines sociétés font même en sorte de détourner l’énergie et l’attention des employés afin qu’ils ne se concentrent que sur leurs missions et qu’ils n’aient pas le temps de penser au reste. Dans tous les cas, il reste primordial que tu te poses avec toi-même et que tu réfléchisses au sens que tu veux donner à ton travail.

Attention, ce genre de réflexion ne se fait généralement pas en cinq minutes et il est préférable que tu prévois plusieurs heures afin de poser clairement toutes tes réflexions pour te faire une idée précise de là où tu veux aller.

 

Repérer les émotions positives : un critère primordial

redonner du sens à son travail

Pour pouvoir définir ce qui donne du sens à ton travail, tu vas tout d’abord devoir te concentrer sur les émotions positives que tu peux ressentir. Le fait d’effectuer tâches sur tâches sans se poser peut parfois te faire oublier ce que tu ressentais quand tu avais commencé à travailler.

Ces émotions positives peuvent se retrouver dans différents aspects de ton quotidien professionnel. Cela peut aussi bien être la satisfaction d’avoir atteint tes objectifs que les retours positifs de tes clients ou bien encore le fait d’avoir aidé, à ton échelle, l’évolution d’un secteur qui te tient particulièrement à cœur.

Par exemple, dans le domaine médical, les émotions positives se retrouvent dans le sourire des patients ou lorsque l’on voit une personne se remettre après des mois de difficultés.

Dans d’autres secteurs, comme par exemple la technologie, une émotion positive pourra être caractérisée par le fait d’avoir trouvé une solution innovante qui permettra de faire avancer considérablement l’entreprise dans ses différentes tâches.

De façon générale, il peut également être intéressant de prendre un peu de temps pour se remémorer les moments de grandes réussites. Cela peut par exemple être une mission que tu as réussie à mener à son terme alors que tout le monde avait l’impression que cela était impossible.

 

Comment travailler sur ses émotions positives ?

redonner du sens à son travail

Pour pouvoir renforcer ces émotions positives, il faut encore savoir repérer les occasions où elles se trouvent. Si tu ne fais pas attention aux commentaires positifs de tes clients, tu auras du mal à en tirer une certaine satisfaction.

Pour pouvoir faire en sorte de te mettre dans une bonne dynamique, tu peux par exemple essayer de te fixer différents objectifs à atteindre sur une période définie. N’hésite pas à les mettre à l’écrit afin de pouvoir te rendre compte du chemin que tu es en train d’accomplir.

De ce fait, tu seras plus disposé à te réjouir lorsque tu les auras atteints. Cependant, il faut également que tu sois vigilant à une chose. En étant en attente d’émotions positives, il se peut que l’inverse se présente.

Par exemple, un client peut ne pas être satisfait de ton travail ou bien tu peux ne pas arriver à atteindre l’objectif que tu t’étais fixé. Pour que cela n’impacte pas négativement ton travail, il est important de voir chaque échec comme une façon de s’améliorer et de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

 

Se sentir utile au travail : un facteur à ne pas négliger

redonner du sens à son travail

Selon une étude qui a été faite, il a été avancé que plus des trois quarts des salariés en France avaient besoin de reconnaissance et de se sentir utiles.

Ils sont beaucoup à éprouver un certain mal-être à ce niveau-là et cela a tendance à faire perdre tout le sens et les espoirs que l’on pouvait avoir avec son travail.

Dans un tout premier temps, il est important de travailler sur la reconnaissance. Dans une société où les compliments se font rares, il n’est pas toujours simple de savoir si ce que l’on fait est bien.

Si ta hiérarchie est plutôt ouverte à ce genre de discussion, tu peux leur demander de te faire un retour sur ton travail afin de savoir si tu vas dans la bonne direction. Si ce n’est pas le cas, cette discussion te permettra d’évoluer et d’envisager autrement ta façon de travailler.

Il est également conseillé de faire preuve de reconnaissance avec ses collègues afin qu’eux le soient également en retour. En plus du fait que chacun puisse se sentir utile, cela permettra également d’instaurer un bon climat au sein de l’entreprise.

Tu remarqueras également que le fait de se reconnecter aux autres au sein de la structure professionnelle est quelque chose d’important lorsque l’on est en quête de sens et que l’on a besoin de se sentir utile dans ce que l’on fait.

 

L’importance de se sentir bien personnellement pour l’être aussi professionnellement

redonner du sens à son travail

Si tu as des soucis personnels, il est fort probable que cela se ressente dans ta vie professionnelle et que tu ne sois pas forcément à l’aise dans ton travail.

Comme pour tous autres aspects de la vie, tu peux difficilement envisager d’être à l’aise au bureau si, en temps normal, tu ne te sens pas forcément bien.

Pour pouvoir être apte à donner un sens à ton travail, tu devras également travailler un peu sur toi. Afin de se mettre dans les meilleures conditions possibles pour travailler correctement, il est important que tu arrives à une certaine sérénité intérieure.

Pour cela, tu peux notamment t’accorder quelques minutes de méditation par jour lorsque tu es au bureau afin de pouvoir faire le plein d’énergie positive et te remettre dans une bonne dynamique.

 

Que faire lorsque l’on ne trouve plus de sens à son travail ?

redonner du sens à son travail

Dans certains cas, il se peut que ce genre de réflexion amène à une conclusion assez difficile et que le sens du travail ne soit plus là.

Concrètement, on part du principe que si seul l’aspect financier te fait rester dans ton emploi, c’est qu’il doit avoir un problème quelque part. Si tu es dans cette situation et que tu ne peux tout simplement pas trouver d’autres points positifs à ton activité, il serait peut-être temps d’effectuer quelques changements dans ta vie.

Si c’est l’entreprise en elle-même qui te met à mal et que tu n’arrives plus à t’y retrouver dans ce fonctionnement, tu peux envisager de postuler ailleurs tout en gardant un poste similaire. Dans d’autres cas, cela sera le métier en lui-même qui n’est pas adapté à ce que tu recherches vraiment.

Même si cela peut parfois sembler impossible, sache qu’une réorientation professionnelle peut être envisageable si elle est bien faite et qu’elle pourra te permettre de trouver un travail qui aura véritablement un sens pour toi et qui te donnera envie de te lever chaque matin.

Un excellent exercice que je t’encourage à faire est l’IKIGAI. Il te permettra d’établir un état des lieux de la situation actuelle et de déceler ce qui te fait vibrer, ce qui donne du sens à ta vie. Tu peux lire l’article que j’ai écrit sur le sujet en cliquant sur le lien ci-dessous :

Comment trouver son Ikigai ou comment trouver sa raison d’être

Si tu penses que cet article t’a appris quelque chose et qu’il peut aider une personne de ton entourage, alors partage le, MERCI 🙂

Prends soin de toi,

niko

4 Comments
  • RICO
    juin 4, 2018

    Bonjour Niko, et merci pour cet article.

    Je ferai un simple complément.

    Le burn-out, ou surmenage, amène effectivement à s’interroger sur sa vie, professionnelle, familiale, amicale, associative, etc. Et, le cas échéant à en tirer des conclusions. Cependant, il me semble important de préciser qu’il convient de ne pas se précipiter et de prendre du recul. En effet, la pathologie qui nous touche modifie la perception des choses, travestie la réalité. La crise de surmenage (dépression, trouble anxiété, phobie, etc.) nous amène à trop souvent penser avec notre cerveau émotionnel au détriment du cognitif, s’ensuit souvent une vision pessimiste et irréelle des choses. De fait, penser sur un « coup de tête » à changer de boulot ou de conjoint, peut s’avérer un mauvais choix !!

    Il est fortement conseillé de ne pas prendre de décision durant les périodes troubles, et d’attendre un début de guérison pour éventuellement faire des choix éclairés et ré-orienter sa vie.

    Enfin, un burn-out n’implique pas nécessairement de changer des choses fondamentale dans sa vie, c’est ainsi mon cas où après analyse tout me semble bien et cohérent avec mes valeurs. Mais un surmenage lié à trop d’investissement dans trop d’activités, et le souhait de faire tjrs les choses parfaitement, ont eu raison de moi ! Pas de changement de vie donc, surtout pas, mais un réaménagement des mes charges, un recentrage sur mes priorités, un apprentissage de la relaxation, et un travail spécifique pour retrouver un système de neurotransmetteurs (sérotonine et gaba) opérationnel… Il y en a pour quelques mois !!

    Bien cordialement,

  • Niko
    juin 4, 2018

    Bonjour Rico,
    Merci pour ces précisions. Je suis d’accord avec toi, ne jamais prendre de décision sur un coup de tête surtout quand la situation n’est pas idéale.
    Par contre, je trouve qu’un réaménagement de ses charges, gestion des priorités, apprentissage de la relaxation… font parties des éléments primordiaux pour entrevoir des changements bénéfiques sur santé mentale et physique.
    Merci aussi pour l’apport sur les neurotransmetteurs, j’en ferai un article je pense dans pas longtemps 🙂
    niko

    • RICO
      juin 11, 2018

      Très bonne idée, car le déséquilibre chimique se situe bien là, du moins en l’état de la connaissance actuelle de la médecine. Je ne saurai que recommander un très bon livre sur le sujet, écrit par le Pr BRAVERMAN, neurobiologiste et psychiatre américain : « Un cerveau à 100% », où il évoque les 4 principaux neurotransmetteurs et leur rôle, ainsi, et c’est là sa théorie intéressante, que le fait que nous serions, d’un point de vue comportemental, lié à un type de neurotransmetteur, et qu’un déséquilibre de ce neurotransmetteur spécifique engendrerait des troubles importants, dont l’anxiété, la dépression, des phobies, etc.

      Reste une grande question que je n’arrive pas clairement à trancher malgré des mois de recherches sur le sujet : cause ou conséquence ? Je veux dire, le déficit ou trouble chimique au niveau d’un ou de plusieurs neurotransmetteurs, principalement Sérotonine et Gaba, est-il la conséquence d’un « burn out », comme un cour circuit qui créé une « erreur », ou bien la cause, c’est à dire que le problème chimique déclenche l’état de burn out… Actuellement, et en accord avec certains médecins avec qui j’ai pu échanger, je penche pour la première solution la conséquence…

      Bon courage à tous !

    • RICO
      juin 11, 2018

      Enfin, je profite de c poste pour te poser 5 questions, que nous devons être nombreux à nous poser, et dont la réponse se trouve certainement quelque part sur le site, mais il est si riche que je n’ai pas eu le temps de tout lire ! Si tu as 5mn pour répondre, merci, sinon ce n’est pas grave.

      1/ Ton burn out a-t-il déclenché des troubles de l’anxiété (angoisse) type généralisé et/ou panique, ou autre chose dans ton cas ?

      2/ Combien de temps as-tu mis pour te rétablir totalement, y compris période d’éventuelle rechute s’il y en a eu ?

      3/ As-tu dû arrêter ton travail au cours de cette période ?

      4/ As-tu eu recours à des traitements allopathiques de fonds ou ponctuels ?

      5/ Aujourd’hui, as-tu des réminiscences de cette période (petite dépression, point d’angoisse ponctuelle, etc.) ou strictement plus rien ?

      Merci !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *