Etre égoïste pour être plus heureux…

Et si je m’occupais de moi…

D

 

epuis notre plus jeune âge, on nous présente l’égoïsme comme étant une tendance des plus mauvaises… Parce que l’on vit au travers d’une obligation de solidarité, on nous a appris à nous soucier du bonheur d’autrui, parfois aux dépens de notre propre bonheur… Enfant, il fallait partager, apprendre à ne pas être la priorité de ses parents, en même temps qu’il fallait composer avec un sentiment de frustration. Une fois l’âge adulte, l’égoïsme est perpétuellement passé au second plan de notre quotidien… En effet, face aux multiples obligations de la vie professionnelle, d’une vie parentale ou encore d’une vie de couple, on apprend à faire taire encore davantage ses envies ou ses sentiments, se préoccupant davantage des autres que de soi-même, mais si le secret du bonheur résidait dans l’égoïsme ? Et si penser à soi voulait simplement dire être heureux ?

 

L’égoïsme, qu’est-ce que c’est exactement ?

Quand on évoque l’égoïsme, on a tous en tête l’image d’une personne quelque peu suffisante qui n’a de cesse de tout ramener à elle, de ne parler que d’elle… Parce que l’égoïsme semble être une manifestation peu appréciable de notre ego, on se targue à le considérer d’un point de vue négatif.

Pourtant, dans son sens premier l’égoïsme revient à prendre en considération son propre bonheur, son propre intérêt, même si cela doit se faire aux dépens d’un autre. On retrouve alors l’opposition parfaite d’un élan, jugé plus positivement, l’altruisme, qui consiste à se préoccuper d’autrui à son propre détriment quelques fois. L’égoïsme est donc pris au piège d’un jugement de valeur qui souhaite le dépeindre comme une manière de vivre négative et pourtant.

 

En réalité, l’égoïsme se différencie de l’égocentrisme dans la mesure où il ne s’agit pas de tout ramener à sa propre personne, on diffère aussi du narcissique classique qui s’admire autant qu’il souhaite l’être ou encore de l’individualisme qui se veut être davantage un mouvement de société…

Si l’on reste au sens premier de l’égoïsme, on retient alors qu’il s’agit simplement de vouloir privilégier son propre intérêt… Quoi de plus logique pour tendre au bonheur ?

 

Penser à soi, le secret du quotidien serein !

Parce que nous voulons être agréables, parce qu’il faut rendre service à un proche, parce que l’on souhaite se présenter sous les meilleures conditions, parce qu’il faut contenter les obligations d’un supérieur hiérarchique, nombreuses sont les fois où nous faisons passer nos propres intérêts après ceux d’autrui.

Dans les couloirs d’un lieu de travail, on accepte alors les sollicitations d’un collègue qui voudrait qu’on l’aide à clôturer un dossier ou que l’on travaille sur un document précis. Alors même qu’il faut réaliser de nombreuses tâches, on s’entend dire oui….

En famille, entre amis, c’est parfois la même chanson. Ainsi, pour le bonheur de ses proches, on se plie quelques fois à des habitudes qui ne nous conviennent pas, on accepte des sorties quand on voudrait pouvoir se détendre, lâcher prise, on fait plaisir à ceux que l’on aime, en s’oubliant souvent. On oublie de penser à soi.

C’est à l’issue de mon burn-out que j’ai compris à quel point il était essentiel de penser à soi, que j’ai compris que l’égoïsme pouvait en réalité apporter bien des solutions, qu’il était tout simplement temps que je pense à moi.

 

Et vous, est-ce que vous pensez à vous? dites le moi en commentaire !

 

Apprendre l’égoïsme dans son quotidien.

Évidemment, il faudrait pouvoir user d’égoïsme avec parcimonie, savoir n’écouter que ses envies quand le besoin s’en fait ressentir, tout en sachant se laisser de côté pour tendre la main à quelqu’un qui le demande. Pour être heureux, il faut donc savoir s’écouter, tout en écoutant les autres, un équilibre vers lequel tendre pour se sentir mieux, plus épanouie, plus serein également.

L’égoïsme peut s’inviter dans tous les pans de votre vie, de votre quotidien.

 

Au travail, vous pouvez apprendre à être égoïste en cessant d’accéder à toutes les sollicitations et autres requêtes de vos collègues. Cela équivaut également à l’apprentissage du « non »,vous pouvez (retrouver l’article que j’ai écrit à ce sujet –>> 7 façons de savoir « dire non » en toutes circonstances), quelque chose qui est loin d’être aussi simple et naturel à faire qu’on pourrait le penser, pour certaines personnes… Apprenez à faire passer vos obligations professionnelles avant celle des autres, tout en sachant appréhender les moments où vous pourrez fermer la porte de votre bureau. Rien ne sert de faire des heures supplémentaires pour aider votre collègue si vous vous sentez fatigué, que vous avez prévu une fin de soirée agréable, osez dire non !

 

Dans une sphère plus privée, l’égoïsme ne manque pas d’être des plus bénéfiques également. En famille, entre amis, en couple, penser à soi permet d’être plus épanoui(e), de pouvoir donner bien plus dans une relation, une relation épanouie et sereine.

Les mamans doivent alors apprendre, au même titre que les papas à prendre le temps de penser à elles, à eux, uniquement. Vouloir s’accorder un temps de répits rien que pour soi, permet de se détendre, de lâcher prise, loin des obligations et autres occupations de l’intérieur, loin de l’agitation des enfants… Osez penser à vous !

 

Dans un couple, dans une relation amoureuse, au même titre que dans une famille, on a tendance à considérer de manière plus négative encore l’égoïsme. On voit alors de nombreux couples évoluer dans un équilibre au sein duquel chacun des deux a oublié de penser à soi. Si on pouvait penser qu’il s’agit d’une bonne chose, en réalité, l’égoïsme trouve sa place dans une relation amoureuse. En dehors de toutes notions de compromis, d’envie de faire plaisir, de contenter, de rendre heureux l’autre, il est absolument indispensable de prendre le temps de son propre intérêt. Cela se manifeste de bien des manières différentes, quand vivre à deux ne veut pas dire penser pour deux, tout le temps, il faut aussi penser à soi…, faites ce que vous aimez !!!

Faire preuve d’égoïsme, c’est faire taire les tensions que l’on peut ressentir en soi. En effet, vous pensez à vous, vous affirmez vos envies, éloignant les aspects déplaisants, en un mot, vous vous sentez mieux, apaisé, serein, en accord avec vous-même. C’est pourquoi, si certains n’ont de cesse de critiquer l’égoïsme, c’est paradoxalement la manière la plus évidente d’être heureux, réellement.

 

Comprendre que l’on est le seul responsable de son bonheur

Mise au coeur du développement personnel, la notion de bonheur est encore oubliée dans nos quotidiens de plus en plus entraînants. Pour répondre à nos obligations, on s’oublie de plus en plus, on oublie d’être égoïste, ce qui nous éloigne alors du bonheur.

Parce que j’ai conscience aujourd’hui des bienfaits de l’égoïsme, je vous encourage à en faire preuve au quotidien, quelle que soit la forme que cela prendra, dans votre vie personnelle, mais également dans votre vie professionnelle. Du coup, chez moi, je n’en fous plus une…. 🙂 Plus sérieusement, il ne s’agit pas de se transformer en une personne narcissique, de modifier vos valeurs, mais plutôt de prendre vos propres envies, en considération, vos obligations vos ressentis et ceux, avant celle de vos proches.

 

Apprenez à dire non, à oser affirmer vos pensées, sachez refuser des invitations qui ne vous tentent pas, vous éloigner des personnes qui pourraient être toxiques, user de solitude quand vous en ressentez le besoin, peu à peu, vous en ressentirez les bienfaits. Vous vous sentirez plus serein, plus épanoui, construisez donc votre bonheur, en devenant égoïste, en pensant à vous…

 

Et vous que faites-vous par égoïsme, je suis curieux de connaître votre avis, dites le moi dans les commentaires ? 🙂

 

N’hésitez pas à liker et à partager si vous avez apprécié l’article,

Merci

Prenez soin de vous,

niko

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *