Fragilité et rechute : qu’en est-il après un burn-out ?

L’important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage

S

 

ans nul doute, le burn-out est une épreuve particulièrement dure à vivre et la guérison n’est pas toujours évidente. Cependant, après un suivi poussé avec des professionnels de la santé et un véritable travail sur soi-même, il est possible de se mettre sur la voie de la guérison et de s’en sortir.

Être guéri ne signifie pas pour autant redevenir totalement « comme avant » et une certaine fragilité peut apparaître.

Cette dernière a tendance à réveiller quelques inquiétudes, notamment en ce qui concerne la rechute et le mal-être qui peut subsister après avoir vécu une telle épreuve.

Pour t’aider à comprendre ce que tu pourras être amené à ressentir, j’ai regroupé quelques informations qui me semblent essentielles à ce sujet.

 

Gardons-nous une certaine fragilité après avoir souffert d’un burn-out ?

rechute après un burn-out

Au même titre d’autres troubles, le burn-out laisse des traces.

Concrètement, ce n’est pas parce que tu es apte à reprendre le travail que, comme par magie, toutes tes angoisses se sont envolées et que tu redeviens la personne énergique et bien dans sa peau que tu étais avant.

Premièrement, tout le monde est unanime sur le fait que reprendre une « vie normale » est quelque chose qui ne s’improvise pas.

Ce n’est qu’après une thérapie poussée que tu pourras commencer à te réinscrire dans une optique de guérison et cela prend du temps.

C’est cette période qui, parfois, s’avère très longue qui peut être handicapante pour certaines personnes. Il est important de ne pas oublier que le burn-out n’est pas quelque chose d’anodin comme un petit virus passager.

Pour toutes les personnes qui en souffrent, cette maladie est un gros choc, à la fois émotionnel et physique, et les chamboulements qu’il amènera dans ta vie seront importants. Certaines personnes se doivent de changer totalement leur quotidien pour aller mieux, comme par exemple en trouvant un nouveau travail. Ce point peut déstabiliser et apporter une fragilité supplémentaire.

Contrairement à ce que certains que pourraient penser, une « bonne semaine de repos » ne suffit pas à aller au-delà de ce trouble.

De plus, il est important de préciser qu’il n’y a pas vraiment de temps de guérison type à respecter pour aller mieux, chaque cas sera différent. En ce qui concerne la fragilité qui peut rester avec le temps, c’est un peu la même chose. Il se peut que pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, tu pourras te sentir affaibli et que tu douteras.

Cependant, même dans les moments de doute, il faudra que tu gardes en tête que chaque pas que tu fais vers la guérison est important.

Pour t’aider dans cette étape, tu pourras t’aider de plusieurs techniques différentes comme par exemple la méditation, le yoga, la sophrologie ou bien encore l’EFT. Le mieux reste d’évoquer tes fragilités avec le professionnel qui t’as suivi depuis le début et qui t’aideras à vaincre les angoisses qui seront ancrées en toi.

 

Burn-out : qu’en est-il de la rechute ?

rechute après un burn-out

Après avoir vécu des moments aussi difficiles, la peur de la rechute est quelque chose de légitime. Tout d’abord, sache que la première de tes forces est de savoir reconnaître les signaux. Comme tu es déjà passé par là, tu connais les symptômes qui doivent t’inquiéter.

En plus de cela, tu pourras également t’appuyer sur le savoir-faire et les conseils du professionnel qui t’as accompagné tout au long du processus de guérison.

Attention, je ne dis pas que la rechute est impossible, mais plutôt qu’elle est sera plus simple à identifier. Il faut s’écouter et ne pas reproduire les mêmes erreurs qui nous ont conduits une 1ère fois à sombrer.

Afin de ne pas avoir à revivre toutes les épreuves difficiles que tu as vécues, il faudra que tu parviennes à reconnaître les facteurs qui ont pu t’amener à plonger dans un syndrome d’épuisement professionnel. De ce fait, tu pourras mettre en place les choses nécessaires afin de ne pas te retrouver confronter de nouveau à ce genre de situation.

Avec l’aide du thérapeute qui t’accompagneras, ou encore en prenant tout simplement une feuille et un stylo recensent tout ce que tu as à gommer, tu pourras alors mettre en lumière ce que tu dois corriger lors de la reprise de ton activité.

Cela peut aussi bien être un souci au niveau de la charge de travail, de la pression ou bien encore des horaires trop importantes. Dans certains cas, le problème à rectifier sera peut-être ton environnement professionnel dans son intégralité et tu devras alors envisager de changer de structure, voire même de profession.

Dans tous les cas, toutes les décisions que tu devras prendre seront dans l’idée de te sentir mieux et, à termes, de laisser ce burn-out définitivement derrière toi.

Pour être certain de rester dans une bonne dynamique, il est également possible d’éviter les facteurs de la rechute. Pour cela, tu devras alors faire en sorte d’avoir une bonne hygiène de vie et prendre soin de toi avant toute chose.

Certains n’hésitent pas à se lancer dans la pratique d’une activité physique régulière pour ressentir une sensation de mieux-être le temps de cette guérison. Pour ma part c’est ce que j’ai fait. Je pratique la course à pied à raison de 3 fois par semaine. c’est une sorte d’exutoire !

Il est également recommandé de prendre du temps pour des choses qui te font plaisir, comme par exemple une passion. Le but reste de puiser de l’énergie positive dans tout ce que tu peux.

J’ai d’ailleurs écrit un article dans lequel je te parle de l’importance de penser à soi : être égoïste pour être plus heureux

La clef pour ne pas rechuter est également de savoir mettre des mots sur ce que l’on ressent et de le dire aux bonnes personnes. Si tu n’es pas à l’aise lors de la reprise de ton travail, n’hésite pas à en référer à ton responsable en lui parlant de ce que tu as vécu et de ce qu’il faudrait mettre en place pour que ton retour se passe pour le mieux.

Le burn-out est un trouble de plus en plus connu et de nombreuses entreprises essayent de faire en sorte d’inclure cette préoccupation dans leur quotidien afin de protéger au mieux leurs salariés.

Tu l’auras sans doute compris, la fragilité et le risque de rechute ne sont pas des idées reçues, bien au contraire.

Cependant, si tu apprends à écouter ton corps et ton esprit, tu pourras arriver à te protéger au mieux. Pour éviter de te mettre trop d’angoisses supplémentaires, ne te réfère pas aux autres qui auraient pu se remettre plus vite ou plus facilement de leur burn-out.

En effet, comme je te l’ai dit précédemment, chaque personne réagit différemment et, même si tu as besoin de plus de temps que d’autres, cela ne signifie pas que tu ne vas pas y arriver.

Selon François Baumman, médecin et auteur de l'après burn-out, on évalue la probabilité d'une récidive entre 30 et 40% donc la menace est réelle.

Toutefois, cela signifie également que près de 70% des personnes ayant souffert de burn-out ne rechutent pas.

Lorsque tu reprendras le travail, tu devras garder en tête que tu n’es pas totalement guéri mais que tu es en période de convalescence, cela signifie que tes journées ne seront pas toutes faciles.

Cependant, tu remarqueras également que si tu es vigilant et que tu mets en place des choses efficaces, comme les méthodes que je t’ai citées précédemment, tes angoisses se feront de moins en moins présentes.

Comme beaucoup d’autres maladies qui touchent le psychisme, il faut du temps pour aller mieux et pour être totalement guéri. Alors, ne soit pas trop impatient et essaye de franchir les étapes une par une. Tu verras que, à la clef, tu en sortiras plus fort et que, peut-être, tu te sentiras encore mieux qu’avant ton burn-out.

Si tu penses que cet article t’a appris quelque chose et qu’il peut aider une personne de ton entourage, alors partage le, MERCI 🙂

Prends soin de toi,

niko

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
4 Comments
  • laetitia
    juillet 17, 2018

    Bonjour,
    Merci pour tes articles, c’est comme si on lisait à livre ouvert en moi.
    cela fait 1an et demi quasiment et effectivement la guérison est très longue.
    je n’arrive plus à contenir ce qui me dérange , il faut que ça sorte et c’est pas toujours agréable pour l’entourage.
    la concentration est perturbée, l’intérêt pour le travail à disparu je me demande si je ne dois pas faire autre chose mais c’est tellement déroutant.
    salutations et courage à ceux qui vivent la même chose.

    • Niko
      juillet 19, 2018

      Merci Laetitia pour ton retour 🙂
      Si l’intérêt pour le travail a disparu alors j’aurais tendance à te dire de te réorienter. Nous passons la plupart de notre temps au travail et il serait dommage de le gâcher par manque d’intérêt à ce dernier. J’avais écrit un article sur la méthode Ikigai que je trouve être un excellent outil pour faire un état des lieux sur ses aspirations : https://monburnoutamoi.fr/comment-trouver-son-ikigai-ou-comment-trouver-sa-raison-detre/
      Bon courage à toi
      niko

  • Régis
    août 17, 2018

    Bonjour Niko,

    Je suis informaticien indépendant, j’ai par deux fois en l’espace de dix ans été victime du burn out, et fais donc partie de la minorité qui replonge. Et la deuxième chute fût encore plus douloureuse que la première. j’ai pu tirer le positif de ces différents événements à la base extrêmement négatif, mais donc j’ai pu en ressortir le positif comme je l’explique dans cet article : https://unautremoi.org/blog/le-burn-out-la-naissance-d-un-autre-moi/

    Bravo pour la qualité de ton blog et l’espoir que tu transmets aux personnes en souffrance.

    • Niko
      août 18, 2018

      Merci Régis pour ton message. J’irai lire ton article

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *