Et là j’ai vu noir, le blackout total

j’ai failli tomber pour de bon à cause d’un mauvais management.. à 35 ans ça aurait été bête.

 

Retrouvez le témoignage de Patricia, victime d’un épuisement professionnel et qui a réussit à sortir de cette épreuve grâce notamment au soutien de son conjoint !

 

Bonjour, peux-tu te présenter et nous parler de ton travail ?

À mon tour je peux aujourd’hui parler de ce qui m’est arrivé le 17/11/16 sur mon lieu de travail.

Je m’appelle Patricia et je suis fonctionnaire, je travaillais à la DRH au service des absences depuis 8 ans. Je venais de perdre ma mère quand j’ai débarqué. J’étais fragile psychologiquement mais travailler me permettait de moins penser à ma peine.

J’ai conscience qu’en Mairie on a une mauvaise réputation de glandeurs mais honnêtement ça dépend des services. Le mien était en sous effectif et le dernier départ en retraite n’a jamais été remplacé faute de budget.

Notre chef de service était un vrai tyran et misogyne de surcroît. À part nous traiter d’abrutis et nous mettre la pression il ne faisait pas grand chose.

J’ai tenu toutes ces années par je ne sais quel miracle mais je voulais partir et tout le monde le savait. Jusqu’au jour où mon corps et mon cerveau ont dit stop…

Cela faisait depuis mon retour de vacances en septembre que ça n’allait pas. J’étais fatiguée physiquement et nerveuse en permanence. Je ne dormais pas beaucoup à cause d’angoisse ou cauchemars.

On nous en demandait toujours plus et ce n’était jamais assez bien. Même avec une bronchite je suis allée bosser parce qu’on avait du retard à rattraper et cela s’accumulait.

J’avais parlé de mon état au Docteur du travail qui voyait bien que je dépérissais. J’étais exécrable avec les collègues et les gens. À la pause je pouvais rien avaler car le chef choisissait toujours ce moment pour te solliciter.

En rentrant chez moi je pleurais. Mon conjoint m’a admirablement soutenue. Il voulait même aller sur mon lieu de travail pour casser des gueules aux responsables car même des « amis » pour une place et du grade vous poignardent dans le dos.

 

Quel à été l’élément déclencheur ?

J’ai ouvert les yeux et je me suis rebellée. J’étais une victime. Ça m’est tombé dessus, vers 11h devant mon ordi. J’ai vu les 600 mails de retard que je n’arrivais pas à traiter. Le téléphone qui sonnait.

Le chef qui se ramenait comme une fleur avec son « tout est urgent »… Et là j’ai vu noir, le blackout total.

J’ai quitté le bureau et j’ai fondu en larmes dans la salle d’attente… Ma chance, ce fut le directeur qui sortait du bureau d’en face et qui m’a vu en panique. Il m’a parlé. Il a compris. Il m’a renvoyé chez moi pour que j’aille chez mon médecin et que je m’arrête… 1 mois d’arrêt, des anti dépresseurs et des anxiolytiques en prime. On m’a diagnostiqué un burn-out sévère.

Suite à ce verdict je n’étais plus que l’ombre de moi-même. L’angoisse permanente. Les insomnies. L’anorexie mentale. L’envie de rien. Plus de sorties. Plus envie de voir mes amis. Ils ont compris. La honte d’en arriver là. Puis la thérapie pour exorciser ses démons et réussir à parler de son mal être au travail et les causes.

Je suis une victime. Après moi il y en a eu 4 autres, mêmes symptômes. J’ai remonté la pente grâce à cette psy et aux médicaments. J’ai voulu reprendre le travail, ailleurs ! J’ai des nouvelles de mon ancien Service. Le principal responsable de mon état part en retraite dans 15 jours. Les survivantes sont toutes sous cachets et souffrent. Rien n’a changé, cela a même empiré et moi j’ai failli tomber pour de bon à cause d’un mauvais management.. à 35 ans ça aurait été bête.

 

Et aujourd’hui ou en es-tu ?

Aujourd’hui je suis heureuse. J’ai perdu 30 kilos. Je suis devenue végétarienne et vegan. Je ne prends plus de cachets. J’ai arrêté de fumer. Je suis toujours avec mon homme. Cette histoire nous a rapproché. On a réussi à surmonter cette épreuve et tous ceux qui sont victimes peuvent y arriver également. Courage !

 

Si vous aussi vous êtes dans la même situation que Patricia, je suis l’auteur de la méthode TCHAO BURN-OUT. 130 pages dans lesquelles je vous explique tout ce que j’ai mis en place pour me sortir de cet impasse

 

 

 

1 Comment
  • Anni
    octobre 29, 2017

    Je te fais une grande révérence Patricia 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Loading...