10 façons de rester productif même quand vous n’en avez pas envie

Je pense que ça relève de la nature humaine d’avoir envie de rien faire de temps en temps. Mais comment fait-on pour rester productif dans ces moments là ?

Comme nos niveaux d’énergie varient en fonction de beaucoup de paramètres, allant de combien d’heures on dort, à combien de caféine nous consommons, ou encore combien de temps nous passons en compagnie de personnes, il y aura inévitablement des périodes où l’on n’aura tout simplement pas envie de travailler. Ce matin, après avoir eu huit bonnes heures de sommeil, je suis parti à la salle de sport très tôt, j’ai planifié ma journée entière et j’ai mangé un petit déjeuner équilibré, mais malgré tout ce que j’ai pu faire pour entretenir mon niveau d’énergie, je n’avais tout simplement pas suffisamment de réserves pour faire du bon travail.

Heureusement, au cours de ces dernières années, j’ai aiguisé ma stratégie pour combattre cette résistance. Lorsque vous avez des trucs à faire mais que vous n’avez pas assez de réserves d’énergie, je pense que ces 10 tactiques ci-dessous vous aiderons plus qu’autre chose. J’espère que, comme moi, vous les trouverez utiles !

 

1. Prenez du recul

Lorsque vous prenez du recul par rapport à une tâche que vous êtes en train d’effectuer, et vous réfléchissez à comment elle s’inscrit dans la vision d’ensemble de votre vie, vous pouvez adopter un angle de vue plus large quant à pourquoi il est important de la faire.

Vous étudiez pour réussir un examen? Réussir cet examen vous aidera à obtenir votre diplôme, et peut être avec de meilleures notes, avoir le job de vos rêves. Vous rédigez un rapport de travail fastidieux ? Ce rapport vous aidera à développer votre activité et vous rapprochera un peu plus vers votre objectif de carrière. Vous écrivez un article pour votre blog sur la gestion du stress ? Au-delà de ne proposer qu’un simple article de blog pour partager mes expériences j’espère sincèrement au fond de moi que cet article aidera mes lecteurs à devenir plus zen, afin qu’ils puissent profiter pleinement de la vie.

Prendre du recul pour voir comment une tâche s’inscrit dans la vision d’ensemble de votre vie vous aidera à comprendre son but et voir la véritable importance de la tâche. (Et s’il s’avère qu’une tâche n’a aucun but ou n’a pas d’impact dans votre vie, vous devriez probablement l’éliminer, la déléguer ou la réduire).

 

2. Cherchez les sept déclencheurs de la procrastination

Selon Tim Pychyl, qui a fait des recherches sur la procrastination depuis plus de 20 ans, il existe six caractéristiques des tâches « affreuses » qui vous rendent plus susceptibles de les reporter à plus tard. Si la tâche est :

  • Ennuyeuse
  • Frustrante
  • Difficile
  • Ambiguë
  • Non structurée
  • Dépourvue de signification personnelle

Quand vous prenez du recul par rapport à une tâche avec laquelle vous avez du mal et vous vous demandez lequel de ces attributs elle comporte, vous pouvez alors concevoir un plan pour inverser ses caractéristiques (par exemple, faites-en sorte que la tâche devienne plus amusante, claire ou facile) pour vous préparer à l’accomplir.

 

3. N’oubliez pas votre monologue intérieur

Si la plupart des gens parlaient à leurs amis de la façon dont ils parlent à eux-mêmes, ils ne leur resteraient pas longtemps amis.

Malheureusement, quand vous vous mettez de la pression pour travailler lorsque vous n’en n’avez pas envie, vos pensées négatives peuvent monter en flèche. C’est le cas pour moi, du moins.

À titre expérimental, la prochaine fois que vous vous trouvez en train de reporter un travail, faites attention à ce que vous vous dites, dans votre tête. Si vous vous dites des choses comme, « Je ne peux pas faire ça », « Je ne sais pas faire ça », et « Pourquoi ne puis-je pas juste arrêter de perdre du temps, » vous empirez probablement les choses.

 

4. Donnez-vous la permission de faire un mauvais travail

À chaque fois que je me sens coincé avec un article, une idée ou un projet, je me donne simplement la permission de faire le pire travail qu’on puisse imaginer. Puisque je suis la seule personne qui puisse voir la version originale du travail que je fais, après m’avoir donné la permission de créer de la « merde », j’arrive toujours à trouver de meilleures idées que si j’avais attendu qu’une bonne idée me vienne à l’esprit. Après que les idées commencent inévitablement à couler, j’élimine les mauvaises que j’avais au début (vous auriez dû voir la première version de cet article !!!).

 

5. Réduisez votre travail

Vouloir trop en faire quand vous en n’avez pas envie ne servira qu’à vous décourager davantage. Pour lutter contre cela, diminuez le temps que vous allez passer à travailler sur quelque chose jusqu’à ce que vous vous sentiez plus à l’aise.

Par exemple, si vous devez travailler sur un rapport, mais vous n’en n’avez tout simplement pas envie, réduisez le temps durant lequel vous travaillerez dessus jusqu’à ce que vous n’y ressentiez plus de résistance.

Par exemple : « Puis-je travailler sur ce rapport pendant deux heures ? Non, c’est trop long. Puis-je travailler sur le rapport pendant une heure ? Un peu mieux, mais toujours trop — ça me décourage d’y penser. Puis-je travailler sur le rapport pendant 45 minutes ? Vous savez quoi ? Cela semble parfait. Je vais travailler sur le rapport pendant 45 minutes.

C’est une de mes astuces préférées pour commencer quelque chose que je ne suis pas d’humeur à faire. De plus, une fois que vous faites bouger les choses, vous pouvez finir par travailler plus longtemps que ce que vous aviez initialement prévu.

 

6. Définissez des limites

Accorder plus de temps à quelque chose que vous avez à faire vous rend souvent moins productif que lorsque vous définissez des limites. Par exemple, lorsque vous vous accordez une heure pour finir un rapport par opposition à travailler dessus toute la journée, vous créez un sentiment d’urgence pour vous-même et vous vous poussez à redoubler d’efforts au cours de cette heure pour finir le rapport avant la date limite que vous vous imposez.

Lorsque vous définissez une limite stricte de temps durant lequel vous travaillerez sur une tâche, vous vous motivez à dépenser plus d’énergie sur une plus courte période de temps pour effectuer une tâche plus rapidement.

Cette tactique réduit aussi votre travail, mais d’une manière totalement différente de la tactique 5.

 

7. Changez de décor

Nous sommes des êtres avec des habitudes, et à ce titre, nous nous comportons différemment en fonction de l’environnement dans lequel nous sommes.

Un changement de décor est souvent tout ce dont vous avez besoin pour sortir d’une impasse et commencer à travailler à nouveau. Par exemple, si vous travaillez dans un bureau, essayez de vous exposer à un changement de décor en allant au travail très tôt lorsque moins de personnes sont présentes, ou en travaillant à domicile ou dans un café, si vous en avez la possibilité.

Chaque fois que je me trouve dans une impasse quand je travaille depuis chez moi, je quitte presque toujours la maison pour travailler dans un espace différent pour m’exposer à un changement de décor. Chaque fois, ça fait une énorme différence quant à la quantité d’énergie et de concentration que j’ai.

 

8. Déconnectez-vous d’Internet

Supprimer le stress numérique est un des moyens les plus méconnus pour rester productif de façon optimale.

Selon une étude, vous passez près de la moitié de votre temps sur Internet à traîner sur diverses choses, et quand vous n’êtes pas d’humeur pour travailler, ce nombre peut grimper en flèche. Se déconnecter d’Internet — même pour juste une heure ou deux- vous aidera à inverser la tendance, perdre moins de temps et rester productif quand vous en n’avez pas envie. Surtout quand le bouton pour désactiver Internet sur votre ordinateur, téléphone et tablette est parfaitement accessible, faites-le si vous souhaitez perdre moins de temps et faire plus de choses.

 

9. Faites-vous plaisir

Lorsque tout a échoué, essayez de vous soudoyez vous-même pour atteindre vos objectifs de productivité en vous récompensant quand vous les atteignez.

Une récompense peut être n’importe quoi, pourquoi pas un café, 15 minutes sur Facebook, ou une pause de 30 minutes, mais comme Charles Duhigg (auteur de The Power of Habit) l’a bien fait comprendre, pour que la récompense soit vraiment motivante, elle doit être réellement gratifiante pour vous.

Se soudoyer soi-même n’est pas ma stratégie préférée sur cette liste, mais c’est parfois très motivant de temps en temps, surtout quand la récompense est du chocolat 🙂

 

10. Accepter l’improductivité

La productivité est une des idées les plus puissantes au monde : plus vous restez productif, plus vous pouvez faire des choses en moins de temps, et plus vous vous épargnez du temps pour faire des choses qui sont plus importantes pour vous. Mais il est totalement illusoire de s’attendre à rester productif 24h/24.

Souvent « ne pas avoir envie » est un grand signe que vous devriez prendre de la distance avec votre travail pour reprendre des forces et être improductif pendant un certain temps. Vous séparer complètement de votre travail peut ne pas sembler comme le meilleur plan d’action, mais quand vous n’êtes pas d’humeur à travailler, posez-vous la question de savoir si vous faites intentionnellement traîner les choses, ou si vous avez vraiment besoin d’une pause.

Les pauses vous aident à reprendre des forces, à réduire votre négativité intérieure et à vous préparer à des tâches que vous ne souhaitez pas faire. Prendre une pause de temps en temps vous aidera à rester productif à la fin de la journée, et lorsque vous êtes conscient de votre niveau d’énergie, vous pouvez choisir le moment opportun pour mettre fin à votre pause et commencer à travailler à nouveau.

Prenez soin de vous

niko

Et vous que mettez vous en place pour rester productif ?

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Loading...